De passage chez SEGA la semaine dernière, la Rédaction a eu la chance d’assister à la présentation officielle de Conduit 2, histoire de rencontrer l’équipe de développement de High Voltage Software et afin de tester la fonction en ligne de ce prometteur FPS. Une véritable démo jouable, donc, dont nous allons vous parler en détails dans cette preview.

Rapide flash-back…

Pour les fans de FPS sur Wii, The Conduit représente le premier véritable soft du genre jouable en ligne dans de bonnes conditions sur cette console, ce dans un univers assez proche de celui d’un Pefect Dark. Conspiration gouvernementale, extra-terrestres, armes futuristes, cette première version s’était attirée une belle petite communauté de joueurs malgré plusieurs défauts. Aujourd’hui, High Voltage Software récidive avec Conduit 2, qui aura la lourde tâche de succéder aux récentes références du genre sur Wii, Goldeneye 007 et mon mode multi local et Call of Duty Black Ops, le maître du jeu online. Et pourtant, le « soft » de SEGA semble en mesure de prendre le leadership…explications !

La campagne qui tue ?

Le principal problème de Conduit premier du nom résidait dans la durée de vie ridicule de sa campagne solo, mal inhérent au genre du FPS mais, vous en conviendrez, pas acceptable pour autant. Environ 5 heures de jeu, ce n’était pas génial. A ce niveau, Conduit 2 paraît être en mesure de rivaliser avec Goldeneye en offrant une durée de vie de 8 à 10 heures. Bien sûr, nous nous fions aux indications de l’éditeur, une facette à vérifier lors du test complet. Cependant, avec 16 niveaux au lieu de 9 et quasiment le double d’ennemis, l’affaire semble bien engagée.

Mais l’autre souci dont était frappé le premier volet se rapportait au scénario en lui-même, un tantinet classique, dans une action un brin conventionnelle, du moins pour ceux jouant également sur consoles H.D. A ce niveau, HVS a revu ses ambitions à la hausse, la campagne de Conduit 2 étant nettement plus variée et intéressante puisque invitant le joueur à découvrir de nombreux pays (dans le Golf, en Chine,etc…) au travers du globe, dans des environnements assez inattendus comme cette plateforme pétrolière perdue en haute mer dans une tempête. Autre nouveauté, la présence de Boss assez impressionnants visuellement et visiblement coriaces, comme le terrible Leviathan à détruire à l’aide d’une tourelle de tir. Surtout, les développeurs ont essayé de dynamiser leur scénario en proposant des cinématiques en temps réel. De prime abord, le résultat paraît à la hauteur de nos attentes, tant d’un point de vue purement technique (sur Wii on est dans le très bon) qu’en termes d’immersion. Globalement, on y gagne aussi en action pure, à la faveur d’un nombre d’ennemis plus important contraignant le joueur à user du décor pour se protéger, le tout dans avec une ambiance proche de ce que l’on pourrait vivre dans une production cinématographique Hollywoodienne. Plus d’adversaires à l’écran donc, lesquels se voient par ailleurs flanqués d’une I.A plus évoluée et à l’origine de quelques soucis durant les parties (ex : après un tir sur un ennemi placé en contre-bas, son collègue viendra vous chercher en remontant jusqu’à vous). C’est en tous cas la première impression qui se dégageait de la démo (non jouable) présentée chez SEGA.

                

Ceux ayant suivi la licence, se souviendront aussi de la polémique née sur les déclarations de Eric Nofsinger ventant les mérites de The Conduit en termes de graphismes. Dans les faits, à l’époque, ce FPS était bel et bien l’un des jeux les plus aboutis à ce niveau, sans atteindre des sommets toutefois. Difficile aussi de ne pas être tenté de comparer à des productions équivalentes sur d’autres consoles, malgré le gouffre technique évident. Du coup, plus moins objectivement, The Conduit avait déçu…

Et bien sachez que Conduit 2 –même si l’équipe se montre très humble à ce niveau- a également largement amélioré cet aspect-là, comme en témoigne le premier niveau (sur la fameuse plateforme pétrolière)présenté durant cette séance. Outre le ciel de tempête agrémenté de superbes éclairs plutôt bien sentis, les mouvements de l’eau se montrent particulièrement convaincants (d’impressionnantes vagues). Oui, on se croirait vraiment en haute mer sachant que cette scène n’a pas été extirpée d’une cinématique mais bien d’une phase de tir « in game ». D’autres petits détails permettent de nous rendre toujours plus positifs à l’égard de Conduit 2 comme de petites traces verdâtres sur les tôles faisant office de murs (des extraits d’Algues) sur la plateforme ou encore le rendu de la pluie battante entraînant une accumulation de l’eau juste sous nos pieds. De mémoire, aucun FPS sur Wii n’était allé aussi loin jusque-là dans le domaine.

                

La découverte se poursuit ensuite à l’intérieur, bien au sec, face à une baie vitrée à détruire pour poursuivre l’avancée. Une fois encore, le souci du détail est à son apogée, la vitre se brisant progressivement au fil des impacts de balles, avant de s’effondrer littéralement en plusieurs gros morceaux. Un détail ? Peut-être, mais qui montre à quel point HVS a soigné son jeux vidéo ! Dans le même registre, il est possible de détruire  de nombreux éléments du décor, comme cet aquarium qui explose laissant s’échapper eau et poissons, ce dernier gisant ensuite sur le sol. A noter que chaque rencontre de ce type sera stipulée dans un sous-menu (le Data Log) avec un certain nombre de détails renseignés sur l’objet ou le spécimen rencontré. En progressant, notre héros, Mr Ford, peut également retourner une table afin de s’abriter face au tir adverse. L’occasion de faire connaissance avec l’une des facettes les plus originales dans Conduit 2, les armes ! A ce niveau, c’est du délire total…Car si les fans de guerre moderne trouveront tout l’arsenal classique et propre aux FPS, le titre de HVS introduit de nouvelles armes futuristes aux effets toujours plus hallucinants. Ceux qui ont lu notre interview de Eric Nofsinger ont sans doute déjà une idée sur la question…Un total de 21 armes qui trouveront un intérêt tout particulier dans le cadre de parties online. Tirs au laser, plasma, invisibilité provisoire, armes aliens de destruction massive…c’est le panard !

Pour terminer sur ce chapitre de la technique, soulignons la qualité des animations des personnages, humains comme Aliens, avec des mouvements bien décomposés et de qualité au moins équivalente à ce qui se fait dans les meilleures productions Wii du genre. La bande-son est également plutôt accrocheuse, avec une musique classique mais efficace (dans la lignée des films du genre S.F) et des bruitages tout ce qu’il y a de plus correct. Bel effort au niveau des voix, en Anglais dans cette version. Par contre, la modélisation des personnages demeure, pour l’heure, imparfaite. Rien de dramatique d’autant qu’il reste quelques semaines pour améliorer cela, mais un rendu un peu carré semble omniprésent sur les différent personnages. A priori le seul véritable défaut technique, du moins de ce que nous avons pu en voir. A confirmer…

                

Le Multi online : Mieux que Black Ops ?

Difficile de répondre à cette question avec seulement une heure de jeux dans les mains mais l’on peut déjà féliciter la team pour son travail sérieux sur la question. Car, là où Goldeneye et Black Ops Wii s’arrêtent à respectivement 8 et 10 joueurs maxi en ligne, Conduit 2 pousse ce chiffre à 12 ! Autre bonne surprise, la possibilité d’inviter jusqu’à 11 joueurs « amis » dans une partie privée (les participants du tournoi Goldeneye comprendront…). Et avec plus de 14 modes de jeux allant du classique « capture de drapeau » au sympathique Ballon Battle (concept Mario Kart Battle mode), le challenge s’annonce long, varié et intense, sachant que la limite de montée en « rank » passe de 25 à 60 ! Côté « maps », on passe à 14 environnements, englobant des cartes déjà connues dans le premier opus ainsi que de noutes nouvelles. A ce niveau, la variété semble toujours de mise, avec des lieux assez vastes, regorgeant de cachettes, escaliers et autres précipices, le tout supporté par une représentation graphique une nouvelle fois de grande qualité. Mention + pour le rendu de la roche (textures vraiment propres) dans un niveau à étages se déroulant visiblement dans le contexte d’un désert tout droit sorti d’un Star Wars.

L’ensemble s’anime de manière très fluide, sans lag (six joueurs durant la session) et en dehors de quelques phases moyennement jouables (par exemple, lors du passage d’un niveau à un autre par une échelle), la prise en main au Wii Motion + apporte un degré de précision appréciable, dans la lignée d’un Call of Duty Black Ops, en très légèrement plus fin. Sans l’accessoire (le Wii Motion + n’étant pas obligatoire), la maniabilité se rapprochera plus d’un Goldeneye (éviter de sortir de l’écran). Lors d’affrontements au corps à corps, il suffit d’avancer la Wiimote pour frapper l’adversaire, alors que le nunchuk permet d’envoyer des grenades. Globalement, passé un petit temps d’adaptation (histoire d’oublier ses automatismes sur Goldeneye ou autres), cet aspect jouabilité nous a clairement emballés, comme nous nous y attendions. Effectivement, avec l’ajout du Wii Motion +, le résultat ne pouvait être qu’excellent. Mission accomplie à ce niveau. Voilà qui confirme notre avis personnel sur la question de la prise en main dans un FPS, avec un Motion Controler bien utilisé, on y gagne en immersion et en plaisir de jeu.

                

Ca sent très bon…

Si nous nous devons de rester sur nos gardes après une session finalement assez courte, il demeure bien difficile de vous cacher notre engouement pour Conduit 2 qui, comme nous nous y attendions, paraît en mesure de détrôner les références actuelles sur Wii. En local tout d’abord, avec une campagne qui s’annonce variée et agrémentée de nombreux détails visuels de grande qualité, pour une durée de vie supérieure à celle proposée dans un Black Ops. Toujours en local, le multijoueurs en écran splitté est également présent, avec en plus un équivalent du mode zombie de Black Ops (dans le déroulement), à partager jusqu’à quatre joueurs. Cependant, n’ayant pas eu l’occasion de tester ni même de voir le résultat, nous ne nous prononcerons pas d’avantage à ce sujet.  Wii Motion + oblige, Conduit 2 pourrait également devenir une référence dans le domaine, avec une immersion par la maniabilité à son apogée. Enfin, la fonction « online » s’annonce particulièrement riche en modes, cartes, personnages jouables et customisations diverses. Des niveaux futuristes très jolis, offrant une foule de pièges et dénivelées, un véritable vent de fraîcheur dans le domaine du FPS sur Wii ! Pas de problème non plus côté animation (pas de Lag dans cette démo à six joueurs) mais cette facette devra être plus longuement analysée en conditions réelles et avec le maximum de joueurs (12). Peu de défauts donc (à part la modélisation carrée des personnages et la maniabilité douteuse lors de la montée sur une échelle), du moins après cette session. Nous parlerons tout de même de l’absence remarquée de « bots » dans le multi local, option qui avait permis à Perfect Dark de prendre une dimension supérieure à l’époque. L’erreur, déjà présente dans Goldeneye Wii, n’est donc toujours pas réparée !

Techniquement enfin, la Wii paraît avoir été poussée dans ses derniers retranchements (et nous parlons bien de la Wii et non de consoles H.D, hein !?), dans une production qui s’annonce palpitante pour les amateurs de Science-Fiction. Reste à patienter jusqu’au mois d’avril prochain afin de confirmer (on l’espère !) ou non (ce serait la douche froide !) ces dires. Dans tous les cas, Conduit 2 fera assurément partie des meilleurs jeux du genre à sa sortie. La véritable question étant de savoir s’il sera en mesure de devenir LA référence sur Wii…

J.B

 

Date de sortie : 22 avril 2011

Genre : FPS

Support : Wii

Note d’Attente : 19/20

Précommander Conduit 2 sur Rue du Commerce
 


Conduit 2 et Figurine collector : Déballage par LMJV1