La série Need For Speed ne vous est pas inconnue, c’est un fait, et les différents opus sortis jusqu’à aujourd’hui ont pris des routes différentes, nous permettant de goûter à différentes sensations et multiples plaisirs. The Run tape dans un registre différent (une fois de plus) et nous emmène dans une course unique de plus de 4000 km, mais qu’en est il vraiment ? Faites chauffer vos moteurs, on part traverser les USA.

Ready?…Run!

The run vous met dans la peau de Jack, qui, suite à des problèmes d’argent avec des mafieux se retrouve à traverser les USA d’Ouest en Est dans une fuite de plus de 4000 bornes, dans le but de remporter une somme d’argent plus que conséquente. On nous met donc au parfum dés le début, ce NFS est entièrement scripté et nous plonge dans l’aventure de Jack dans un rythme effréné jonglant entre phases de conduite et phases « d’action » sur lesquelles on reviendra un peu plus tard.

Les différentes phases de conduites vous proposeront de multiples challenges, donnant à cet opus une diversité déjà vue mais efficace, allant du défi vous opposant à un unique adversaire jusqu’aux modes vous demandant de dépasser un certain nombre de concurrents ou même de rattraper votre retard. Malheureusement, script oblige, il vous sera impossible de prendre de l’avance et, au contraire, le joueur se  retrouvera souvent à la traine. En effet si une étape du run vous demande de dépasser 8 runners, il vous sera impossible d’en dépasser plus, et à contrario le fait de ne pas atteindre ce but causera l’échec de l’étape et vous forcera à la recommencer. Un point que l’on déplore dans le sens où, du coup, on se sent soumis au script, passant d’acteur à spectateur, n’ayant pas vraiment d’influence ou de contrôle sur notre position réel au classement. Un point négatif qui malgré tout n’enlève rien au côté fun du titre même s’il peut s’avérer gênant pour les gamers en quête de perfection et voulant faire toujours mieux, toujours plus vite.

Gentlemen, hold your fire

Pour ce qui est du gameplay rien de bien neuf par rapport aux autres épisodes de la série. Votre façon de conduire influe directement sur votre réserve de boost. Dépasser un concurrent (loyalement ou pas), rouler à contresens, frôler les véhicules ou drifter remplira votre jauge qui vous permettra par la suite des accélérations de dingue, condition indispensable si vous espérez remporter les différentes étapes qui composent le run.
Un système de flash back a été intégré au jeu, c’est à dire qu’en cas d’accident violent vous reprendrez la course depuis le dernier check point. Une très bonne idée qui a sa place dans un jeu où les véhicules roulent à plus de 300 km/h. De nos jours on a du mal à s’imaginer reprendre la course pile à l’endroit où a eu lieu l’accident et le moteur à l’arrêt.  Malheureusement ce système de FlashBack n’est pas vraiment au point : si la plupart du temps il joue son rôle sans vraiment de problème, il faut savoir qu’il lui arrive de fonctionner à l’envers. Entendez par là qu’en cas d’accident il ne se déclenche pas automatiquement (et que du coup il vous faut l’activer manuellement) ou au contraire qu’il s’active alors que vous avez juste mordu le bas coté avec votre pneu pendant un dépassement. Un point relativement embêtant qui aura vite fait de vous énerver s’il se répète plusieurs fois en suivant (et ça arrive).

Concernant les temps de chargement, sachez que du fait que le jeu est rapide ces derniers vous sembleront très long, surtout après un échec. En réalité, il n’en est rien puisqu’ils restent dans la norme des jeux HD !
Autres choses à savoir, les phases de conduites seront ponctuées de temps à autres par des QTE, histoire d’appuyer sur le coté histoire/script du titre, rien de bien exceptionnel, ni d’utile, même si c’est fun de voir notre héros se dépatouiller un peu en dehors d’un bolide, en se faisant courser par un chien ou en combattant un officier de police par exemple.

Côté graphisme le jeu est beau et fluide. Le run vous fera passer par différentes zones allant du désert aux montagnes escarpées, de la forêt au canyon, sans oublier les passages en zones urbaines.
Une diversité plaisante qui vous fera voir du pays, en revanche vous remarquerez sans grande difficulté que les paysages sont de moins en moins riches et détaillés au fur et à mesure que vous approcherez de la ligne d’arrivée finale, mettant fin à cette fuite effrénée.

En résumé à l’instar des anciens épisodes de la série (bien que différent) NFS The Run est un condensé de fun. Les frayeurs que l’on se fait en roulant à des vitesses bien supérieures à ce qu’autorise le code de la route, sont légions, et il est agréable de traverser les USA de part en part même si les paysages deviennent de moins en moins riches au fil de votre avancée. Seul gros point noir, les dysfonctionnements de système de flash-back et les QTE pour ceux qui n’aiment pas ça. Bref, vous l’aurez compris, Need For Speed The Run est un jeu de course orienté arcade qui vaut le coup et qui plaira à coup sûr aux habitués de la série.

Djeks

Points forts :

- Paysages variés
- Les surprises du script
- Les moyens trouvés pour faire changer de véhicules
- Diversités des épreuves de conduite
- Le fun tout simplement

Points faibles :

- Léger aliasing
- Mauvais fonctionnement du système de FlashBack
- Le script gérant notre place au classement

La note Le Mag Jeux Video : 17/20

Éditeur : Electronics Arts
Genre : Course – arcade
Support : Xbox 360, PS3, PC, wii, DS
Date de sortie : 17 novembre 2011


.