En raison d’un concours de circonstances, des spéculations ont soudainement eu lieu sur un éventuel nouveau coéquipier de Max Verstappen. Red Bull Racing a mis fin à cela de manière frappante.
Hier, Esteban Ocon et Alpine ont annoncé que le pilote et l'équipe se sépareraient à la fin de l'année, alors que le Français avait toujours un contrat pour l'année prochaine.
Dimanche, Red Bull Racing a seulement annoncé qu'une annonce serait faite prochainement de la part de l'équipe. Après le message d'Alpine, des spéculations ont rapidement surgi selon lesquelles Ocon deviendrait le nouveau coéquipier de Max Verstappen. Après tout, le moment était tout à fait une coïncidence.
Mais l’équipe autrichienne a rapidement mis fin aux spéculations. Via Threads, l'équipe de Verstappen a annoncé de manière frappante qu'Ocon ne piloterait pas pour l'équipe. C'est notamment le cas d'Oscar Piastri qui avait annoncé il y a quelques années qu'il ne roulerait pas pour Alpine la saison suivante.

« Nous comprenons que, sans notre accord, Alpine F1 ait publié une déclaration concernant Esteban Ocon, provoquant de folles spéculations sur notre annonce 'Restez à l'écoute'. »

– Courses Red Bull

Une combinaison explosive

Si Ocon devenait réellement le coéquipier de Verstappen, cela causerait probablement beaucoup de problèmes sur la piste. Le Français n’est pas vraiment connu pour traiter très gentiment ses coéquipiers lors des Grands Prix. Il l'a encore prouvé lors de la dernière course à Monaco en lançant son Alpine devant son équipier Pierre Gasly dans le premier tour.

Verstappen et Ocon ont aussi une histoire. Le Néerlandais était bien parti pour remporter le GP du Brésil en 2018, après avoir déjà doublé le Français. Quand Ocon est sorti seul avec des pneus neufs et a tenté de se dégager, les deux sont entrés en collision et Verstappen a vu la victoire lui échapper.

Par la suite, le pilote Red Bull Racing était furieux. Il a voulu faire appel à Ocon et l'a finalement poussé, obligeant Verstappen à passer quelques jours avec le directeur de course Charlie Whiting en guise de punition.