L’intrigue tourne autour d’un couple, interprété par Joel Kinnaman et Catalina Sandino Moreno, qui perdent leur fils unique à cause d’une balle perdue lors d’une fusillade entre gangs rivaux. Le père, Brian, devient obsédé par la vengeance et se transforme en une armée individuelle semblable à The Punisher. Le film se distingue par le fait qu’aucun personnage n’a de conversation complète. Au lieu de cela, ils communiquent à travers les expressions faciales et le langage corporel.

Silent Night évite le dialogue traditionnel et met l’accent sur ce qu’on appelle la narration visuelle. Cependant, les effets sonores, les chansons pop et la partition ajoutent une nouvelle dimension. Le choix d’embrasser le silence, alterné avec d’intenses scènes de violence, rend le film étonnamment différent.

Dans le film, les émotions sont véhiculées uniquement à travers les expressions faciales et le langage corporel. Il en résulte un film qui offre non seulement une action intense, mais aussi une émotion inattendue.

Jeu d’acteur super fort

Silent Night est porté par le jeu des acteurs Kinnaman et Moreno, qui transmettent des émotions profondes sans dialogue traditionnel. Le film explore leurs personnages face à la perte, à la colère et à la vengeance. L’intensité de leurs performances, combinée à la partition convaincante de Beltrami, crée des montagnes russes émotionnelles.

Woo, connu pour ses scènes de violence dirigées, montre une approche plus ciblée et intime dans Silent Night. Le film est plein de violence, chaque scène étant soigneusement planifiée. Le réalisateur tisse les images d’une manière qui non seulement fait avancer l’histoire, mais crée également des métaphores. La cinématographie est époustouflante, avec des plans aériens qui suivent la ville et dépeignent la violence comme une sorte de photographie d’art.

Le film embrasse les clichés du genre action. Des voitures de course aux bâtiments de gangs éclairés au néon, Silent Night puise dans le réservoir d’éléments cinématographiques qui ont défini ce genre.

Ce n’est pas une mauvaise chose à mentionner

La capacité de Woo à chorégraphier l’action reste impressionnante, mais ce qui distingue le film, c’est la concentration et l’intimité de Silent Night. Le casting semble être en phase avec la vision de Woo, Moreno et Kinnaman transmettant des émotions profondes. Le film transcende les clichés et devient une expression d’émotion, aidée par des transitions réfléchies et une bande-son convaincante.

En conclusion, Silent Night est un hommage au genre action et vengeance, dirigé par John Woo. Il sait rafraîchir des éléments familiers et créer une expérience cinématographique qui ne porte pas seulement sur l’histoire, mais aussi sur la nouvelle façon dont elle est racontée. Un film qui tente d’innover, mais qui reste un peu trop sage.