Pour de nombreux pilotes, l’objectif ultime dès le plus jeune âge est d’atteindre la Formule 1. Après tout, c’est la catégorie reine du sport automobile. Pour Nyck de Vries, il a longtemps semblé que ce rêve ne se réaliserait jamais, mais après avoir remplacé Alexander Albon à Monza, une opportunité s’est soudainement présentée.

L’année dernière, il a finalement été autorisé à se qualifier officiellement de pilote de F1 au sein de l’équipe AlphaTauri. Mais cette aventure s’est terminée avant les vacances d’été, faute de résultats. Dans une interview accordée à De Telegraaf, De Vries revient sur cette année mouvementée. Par exemple, on demande au conducteur s’il a été puni trop sévèrement pour un débutant, ce avec quoi il n’est pas lui-même d’accord.

« Je suis perfectionniste, donc il y a toujours des situations et des moments où je pense après : j’aurais pu faire mieux. Finalement, je ne pense pas que j’étais tout à fait au bon endroit à ce moment-là. Cela n’a tout simplement pas fonctionné.

Une déception et une leçon

Selon le Néerlandais, l’aventure a été une grande déception. Surtout parce qu’il l’attendait depuis si longtemps et que ça se termine si vite. Mais De Vries a désormais su lui redonner une place et élargir sa vision.

Le pilote a appris que le sport automobile ne se limite pas à la Formule 1. Il s’est également beaucoup amusé en WEC et en Formule E. Dans cette dernière branche du sport automobile, De Vries concourra à nouveau à partir de la semaine prochaine, pour l’équipe Mahindra Racing.